* ARTICLES DE REFERENCE *  
  Posture normale Posture pathologique
  Scoliose
  Expérimentation semelle
  Critères de normalités
  Expérimentation globale
  Contactez-nous
 

 



Expérimentation globale

ÉTUDE DE L’EFFICACITÉ
DES TECHNIQUES DE REPROGRAMMATION POSTURALE©
EN STABILOMÉTRIE

(Docteur Bernard BRICOT)

Le système postural est un tout structuré à entrées multiples. Les déséquilibres posturaux sont, entre autres, générateur de solicitations anormales sur le système locomoteur et par là même à la bases de nombreuses pathologies. La reprogrammation posturale globale permet au clinicien de corriger cette “composante mécanique” ; toutefois pour être efficace cliniquement ces techniques thérapeutiques doivent s’adresser à l’ensemble des capteurs déréglés et non pas à un seul. En effet en posturologie clinique il est rare d’en trouver un seul, la majorité des patients présentent trois, voir quatre capteurs déréglés, souvent associé à une jambe courte vraie (34%). L’objectif de cette étude est de quantifier l’action des techniques de reprogrammation posturale globale sur les paramètres habituels mesurés en stabilométrie dans des conditions normalisées. Mais également de vérifier l’influence des corrections de chaques capteurs par rapport à une correction complète aussi bien en situation YF (Yeux Fermés) qu’en situation YO (Yeux Ouverts). Ont été analysées :
- variables nominales : le sexe, l’âge, le type de correction utilisé, le laps de temps entre le début de la reprogrammation et l’examen ;
- variables dépendantes : les paramètres habituels utilisés en stabilométrie (SYO,LYO, XYO, YYO, LFSYO, VFYYO, LES MÊMES YF).



CONCLUSION

A la lueur de ce travail et de l’interprétation des résultats, les conclusions suivantes semblent justifiées : - de nombreux paramètres sont significativement modifiés par la mise en place d’une reprogrammation posturale ; une correction complète est bien plus efficace que la correction d’un seul capteur


INTRODUCTION

L’ homme est en contact direct avec son environnement principalement par les pieds et les yeux, aussi bien en station érigée que durant la locomotion. Différents travaux mettent en évidence l’action de ces deux capteurs sur le système postural (Baron, Barbier, Roll, Melvill Jones, Mergner, Brun, Enjalbert…). Le pied est également capable de s’adapter à un déséquilibre descendant (Ceccaldi, , Bricot, Janin). Si ces deux capteurs sont les capteurs princeps du système postural, ils ne sont pas les seuls ; peuvent intervenir également : l’appareil manducateur, la peau, les jambes courtes et certains blocages hors systèmes.


BUT

Le but de cette expérimentation est de vérifier les effets de la reprogrammation posturale sur l’équilibre du corps dans l’espace. Plus spécifiquement, les corrections posturales sont diverses et variées et dépendent des capteurs déréglés.

Pour le capteurs podal : - Semelles à champs polarisants (pol). L’inclusion à la partie inférieure du tiers moyen de la semelle d’un dispositif de polarisation linéaire rectangulaire ; il a trois effets, deux cutanés : extéroceptif et polarisant, un musculaire proprioceptif par effet de relief . - Semelles de biostimulation (SBS). Elles sont constituées d’un générateur de champs électrogalvaniques qui se charge et se décharge de manière continue.

Pour le capteur oculaire : - Collyre correctol. Il agit sur la synergie accomodation / convergence. Il complète bien les deux actions suivantes. - La stimulation magnétique de type Baron. Son faible coût, son résultat constant et sa facilité d’utilisation nous la font préférer aux prismes qui, pour nous restent une indication d’exception (phories / tropies avec neutralisations partielles).
- Les exercices de gymnastique oculaire. Relancent la synergie oculomotrice dans toutes les directions de l’espace ; ils accompagneront plus tard la rééducation orthoptique.

Pour l’appareil manducateur : - Neutralisation des interférences occlusales à l’aide du test de la compresse (Bricot).

Pour le capteur cutané : - Neutralisation de l’effet délétère des cicatrices par infiltration.

Pour les jambes courtes vraies : - Mise en place de talonnettes.


L'OUTIL D'ANALYSE

L’outil d’analyse est la plate-forme de stabilométrie, elle permet d’analyser les oscillations posturales d’un individu debout, dans différentes situations et ainsi d’avoir une idée sur son équilibre et son système postural. Elle permet d’étudier dans le temps les variations de position du centre de pression. Le tracé ainsi obtenu sera à la base de l’analyse de différents paramètres. Les mesures principales retenues sont les suivantes : surface (S), longueur (L), et quotient de Romberg (Q RBG). Ces mesures sont faites dans deux situations différentes : Yeux Ouverts (YO) et Yeux Fermés (YF).


ÉNONCÉS DES HYPOTHÈSES
 
Toutes les variables dépendantes ont fait l’objet d’analyses statistiques afin de vérifier
les hypothèses de recherche suivantes :


* Les énoncés des hypothèses nulles nécessaires à l’inférence statistique sont :- les différents
paramètres stabilométriques Yeux Ouverts (YO) ne sont pas influencés par la reprogrammation
posturale globale ;

- les différents paramètres stabilométriques Yeux Fermés (YF) ne sont pas influencés par la
reprogrammation posturale globale ;
- La correction de tous les capteurs perturbés n’est pas plus efficace que la correction d’un seul.

* Enfin les hypothèses alternatives qui seront acceptées si les hypothèses nulles sont rejetées, sont les suivantes :

- les différents paramètres stabilométriques retenus Yeux Ouverts (YO) sont influencés par la
reprogrammation posturale ;
- les différents paramètres stabilométriques retenus Yeux Fermés (YF) sont influencés par la
reprogrammation posturale ;
- La correction de tous les capteurs perturbés est plus efficace que la correction d’un seul.


MÉTHODOLOGIE

Cette étude a été réalisée sur un ensemble de patients présentant des pathologies du système
locomoteur et/ou de l’équilibre. Ces pathologies sont, dans une très forte proportion, des douleurs
rachidiennes et rhumatismales.

A ) Variables indépendantes.

- Sexe.
La répartition en fonction du sexe est la suivante : 13 femmes, 13 hommes.

- Âge.
Les sujets analysés avaient de 15 à 66 ans.

- Semelles.
Certains de ces patients étaient en cours de traitement et portaient déjà leurs semelle, mais le plus
grand nombre débutait le traitement le jour de l’analyse.
Deux types différents de semelles furent utilisés :
- les semelles polarisantes (pol),
- les semelles de biostimulation (SBS).

- Traitement complet.
La troisième mesure correspond à un traitement complet, c’est à dire correction oculaire dans la
totalité des cas et, si necessaire :
- neutralisation d’une jambe courte (34,4% des cas),
- neutralisation d’une cicatrice (22% des cas),
- neutralisation d’une interférence occlusale (15 % des cas),
- techniques manipulatives sur les blocages hors système (85% des cas)

B ) Variables dépendantes.
Cette étude a été réalisée sur une plate-forme de stabilométrie de type “QFP système”.
Cette plate-forme de force à trois capteurs analyse la projection du “centre de pression des pieds”
qui peut être assimilé, sur un sujet immobile, au centre de gravité du corps (Gagey et al.).
La plate-forme, l’environnement, le mode d’utilisation, les paramètres analysés, ont fait l’objet
d’une normalisation en 1985 (Bizzo et al., normes 85). Les enregistrements ont été réalisés en conditions normalisées, sur les 169 sujets retenus, en début de séance.

3 séries de 2 mesures ont été faites :
1 - sans correction, Yeux Ouverts (YO) puis Yeux Fermés (YF) ;
2 - avec semelles de reprogrammation, Yeux Ouverts (2YO) puis Yeux Fermés (2YF).
3 - avec la totalité des traitements nécessaires, Yeux Ouverts (3YO) puis Yeux Fermés (3YF).
Pour les patients déjà porteurs d’une paire de semelles de reprogrammation posturale les mesures
étaient généralement effectuées d’abord avec les semelles puis sans.
Pour les patients consultant pour la première fois la première série de mesures a été faite sans
correction, la deuxième avec semelles et la troisième après reprogrammation posturale complète,
c’est-à-dire :
correction de tous les capteurs déréglés ainsi que des obstacles à la reprogrammation (jambes
courtes, blocages hors système).

Les variables dépendantes, mesurées sur un enregistrement de 51,2 secondes, sont les suivantes :

1 - La surface (S),
la surface de l’ellipse de confiance qui comprend 90 % des positions échantillonnées du centre des
pressions, est la mesure statistique la plus rigoureuse de la dispersion de ces positions (Takagi et
al. 1985, dans Weber et Gagey, 1995). Elle est exprimée en millimètre carré.

2 - La longueur (L),
ce paramètre nous a paru intéressant, surtout en situation Yeux Fermés, car il est souvent modifié par les manipulations des différentes entrées du système postural. Elle est mesurée en millimètre.

3 - Le Quotient du Romberg (QRBG),
il permet d’apprécier le “poids” de l’œil dans la gestion de l’équilibre (Henrikson et al.). C’est le quotient de la surface Yeux Fermés par celle Yeux Ouverts multiplié par 100 pour faire apparaître les décimales : QRBG = (SYF/SYO) x 100.

C ) Les mesures.

1 ) Dans la série de références il y a deux mesures :
- la première mesure est faite les Yeux Ouverts (YO), les paramètres seront notés : SYO, LYO ;
- la deuxième est faite les Yeux Fermés (YF), les paramètres seront notés : SYF, LYF, ensuite apparaîtra le quotient de Romberg (QRBG) puisqu’il dépend des deux mesures précédentes.

2 ) Dans la série avec semelles de reprogrammation posturale les deux mêmes mesures seront réalisées, les paramètres seront notés :

- S2YO, L2YO, pour la mesure les Yeux Ouverts ;
- S2YF, L2YF, pour la mesure les Yeux Fermés, puis QRBG2 pour le quotient de Romberg avec correction.

3 ) Dans la série avec traitement total (tout) les deux mêmes mesures seront réalisées, les paramètres seront notés :

- S3YO, L3YO, pour la mesure les Yeux Ouverts ;
- S3YF, L3YF, pour la mesure les Yeux Fermés, puis QRBG3 pour le quotient de Romberg avec
correction complète.


RÉSULTATS ET ANALYSES

La valeur de “p” significatif est classiquement fixée à 0,05.

A ) ÉTUDE DES DIFFÉRENTS PARAMÈTRES ANALYSÉS LES YEUX OUVERTS.

1 ) Étude de la Surface Yeux Ouverts : variation avant (SYO) et après (S2.YO)
correction par la mise en place de semelles de reprogrammation posturale ; et
après correction complète (S3YO)


La première constatation est la différence éminemment significative des mesures sans
correction (SYO) et avec semelles de reprogrammation (S2YO) puisque le p est égal à
0,0033. Mais le meilleur résultat est la reprogrammation complète (S3YO).

2 ) Analyse de la longueur (L) du tracé de projection du centre de masse, en
situation Yeux Ouverts, avant (LYO) et après (L2.YO) correction par des
semelles de reprogrammation posturale ; ainsi qu’après correction
complète (L3YO)



Au total la différence des longueurs avant et après correction complète (L3YO) est
hautement significative avec un p = 0,0016, et elle se fait, bien sûr, dans le sens
de l’amélioration. Cette différence est bien plus significative qu’avec la correction
d’un seul capteur (L2YO, p = 0,0464).

B ) ÉTUDE DES DIFFÉRENTS PARAMÈTRES ANALYSÉS LES YEUX FERMÉS.

C’est probablement les yeux fermés que l’on mettra le plus en évidence une action
sur le capteur podal , car dans cette situation on élimine au moins partiellement
l’influence de l’œil et son “accroche” à la verticale.

1 ) Analyse des modifications du paramètre Surface (S) en situation Yeux
Fermés, avant (SYF) et après la mise en place de semelles de
reprogrammation posturale (S2.YF), ainsi qu’après correction totale (S3YF)



Le meilleur score est encore obtenu par la correction de tous les capteurs déréglés
(S3YF), mais c’est la correction podale seule (S2YF) qui est donne le résultat le plus
spectaculaire, car la situation YF analyse préférentiellement les modifications du capteur
podal.

2 ) Analyse des modifications du paramètre Longueur (L) en situation Yeux
Fermés, avant (LYF) et après correction (L2.YF) par semelles, ainsi qu’après
correction totale (L3YF).


Là encore nous trouvons une différence extrêmement significative entre les mesures
sans correction et avec semelles (L2.YF). La différence est encore plus flagrante après
correction complète (L3YF).

3 ) Analyse du quotient du Romberg avant (QRBG) et après correction par
des semelles de reprogrammation posturale (QRBG2), ainsi qu’après correction
correction complète (QRBG3)


Le quotient du Romberg mesure “le poids” de l’œil dans la gestion de l’équilibre postural.

Les normes 85 définissent un quotient du Romberg normal entre 112 et 677, il est donc
très rare de trouver un sujet pathologique même chez des patients algiques ou vertigineux.
Toutefois, si l’on considère comme logiquement normal un quotient du Romberg compris
entre 180 et 260, la reprogrammation posturale complète a tendance à normaliser,
de manière éminemment significative, ce paramètre.

INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Cette expérimentation avait pour but de vérifier l’effet d’une reprogrammation posturale
globale sur l’équilibre du corps dans l’espace.
Les mesures ont été réalisées à l’aide d’une plate-forme de stabilométrie, instrument
reconnu et validé pour ce type de mesures, dans des conditions normalisées (normes 85).

Les données obtenues ont été intégralement rapportées dans leur ensemble et aucun
sous-groupe à posteriori n’a été créé dans l’analyse principale.

Les critères de normalité établis par les normes 85 ont le mérite d’exister (Gagey) ;
toutefois ils semblent avoir une grande échelle de tolérance et ne pas toujours s’adapter
au contexte clinique.

Les différentes mesures réalisées ainsi que le nombre de sujets analysés nous permettent
d’avoir une bonne cohérence dans les résultats obtenus, sur une population
harmonieusement répartie dans les pathologies.

Les résultats les plus probants ont été obtenus sur les paramètres classiques : Surface (S),
Longueur(L) aussi bien en situation Yeux Ouverts que Yeux Fermés ; ainsi que sur le
paramètre qui en découlent directement : le Quotient du Romberg (QRBG).

En ce qui concerne l’action des différents types de correction : le traitement complet de tous
les capteurs déréglés est meilleur que le traitement d’un seul.

CONCLUSIONS GÉNÉRALES


A la lueur des résultats de cette expérimentation et des interprétations précédentes, on peut
sans aucun doute rejeter les hypothèses nulles et affirmer :

- les différents paramètres stabilométriques retenus Yeux Ouverts (YO) sont influencés par la reprogrammation posturale globale ;
- les différents paramètres stabilométriques retenus Yeux Fermés (YF) sont influencés par la
reprogrammation posturale globale;
- donc, l’équilibre postural est modifié de manière significative par la reprogrammation posturale globale.
- La correction de tous les capteurs déréglés est plus efficace que la correction d’un seul.


BIBLIOGRAPHIE
ANDRÉ-DESHAYS C., REVEL M. Rôle sensoriel de la plante du pied dans la perception du
mouvement et le contrôle postural. Méd. Chir. du pied. 217-223 1988 4, 4
BARBIER L. Posture et statique chez l’enfant. Étude statistique réalisée en milieu scolaire. Paris Archive du C.I.E.S. 367 av. du Prado Marseille 13008. 1994
BARBIER L. Posture et statique chez l’enfant. Étude statistique réalisée en milieu scolaire. Paris Archive du C.I.E.S. 367 av. du Prado Marseille 13008. 1994
BARON J. Dysfonctionnement oculomoteur et trouble frustre de l’équilibration. Camip. 85-88 1966 22
BARON J. Relations entre les muscles moteurs oculaires, les nageoires et l’équilibre des poissons. (Extraits des comptes-rendus des séances de l’Académie des Sciences). 1087-1089 1950
BARON J. Correction prismatique dans le syndrome subjectif postcommotionnel. Bulletin de la Société belge d’Ophtalmologie. 264-267 1963 133
BARON J. -B. , CERNACEK J. , NIEDERLANDOVA Z. , USHIO N. Réflexe optomoteur et activité tonique posturale orthostatique. Kyoto Pract. Otolog. 1246-1249 1976 69
BARON J.-B, GAGEY P.- M., ASSELIN B. , USHIO N. , les Asymétries de la posture orthostatique sont-elles aléatoires ? Rev. Méd. Travail 189-195 1977
BIZZO G, GUILLET N, PATAT A, GAGEY P-M. Spécifications for building a vertical force platform designed for clinical stabilometry. Med Biol eng et Comput. 474-476 1985 23
BOUGROS. “Compte rendu expérimentation sur les semelles polarisantes”.Hôp Cavaillon Sce Chir Archives du C.I.E.S. 367 av. du Prado 13008 Marseille.
BRICOT B. “Contribution à la correction des troubles du tonus postural par action sur l’appui podal”. Marseille Thèse Fac. Méd. 1981
BRICOT B. La reprogrammation posturale globale - Sauramps Médical - ISBN : 2 84023 110 7
BRUN, PELISSIER, SIMON : la rééducation proprioceptive Masson 1986: 1-22.
CECCALDI .J. Apport de la podométrie électronique dans l’étude du facteur podal des troubles
de la posture Thése fac. méd. Marseille 1988
CASTERA : Archive du C.I.E.S.
DUJOLS A. Quotient plantaire et conflict visuo-podal. Agressologie, 1991, 32, 192-194.
ENJALBERT M., MICALEFF JP, PERRUCON E, VIEL E. Sensibilité plantaire et équilibration. 9-29. 1993.
EUZET J.-P. “Approche méthodologique de l’évaluation de l’équilibre postural”. Nice Mémoire de maîtrise fondamentale - S.T.A.P.S./U.F.R.E.P.S. 1987
GAGEY P-M, BIZZO G, BONNIER L, GENTAZ R, GUILLAUME P, MARUCCHI C. Huit leçons de
Posturologie. 75012 Paris Association française de posturologie.1990
GUIDETTI G. Stabilometria clinica. Istituto di clinica otorinolaringoiatrica. Università di Modena, 152, 1989
JANIN : entretien de Bichat 1998.
MAGNUSSON M, EMBON H, JOHANSSON R, Signifiance of pressor input from the human feet in anterior-posterior postural control. Acta Otolaryngol. 110 182-188, 1990.
MELVILL JONES : in pied, équilibre & posture Berthoz, Éd. Frison-Roche.
MERGNER : in pied, équilibre & posture Berthoz, Éd. Frison-Roche.
NORMES 85. 75012 Paris Association française de posturologie, 12 avenue Corbéra. 1985
OKUBO J? WATANABE I, BARON JB. Study on influence of plantar mechanoreceptor on body
sways :Agressologie 21 : 61-69 1980
PELLISSIER C. “Facteurs podal et oculaire dans les troubles du tonus postural”. Marseille Thèse Méd. 1987
ROLL. JP. ; ROLL R., KAVOUNOUDIAS Sensibilité tactile plantaire et contrôle postural : quatrième journée Française de posturologie clinique ; Posture et équilibre Sauramps médical 1999
VAN PARYS, NJOKIKTJIEN Ch. Romberg’s sign expressed as a quotient. Agressologie. 95-100 1976 17, B
VEDEL JP., ROLL JP. Response to pressure and vibration of slowly adapting cutanéous
mechanoreceptors in the human foot.. Neurosc. Lett. 34 -289-294 1982
VILLECHEVROLLE O. Influence des semelles de reprogrammation posturale globale sur les tests oculomoteurs réalisés sur des sujets présentant une dysfonction cranio-mandibulaire. Nantes. Thèse. 1994
VILLECHEVROLLE O. Influence des semelles de reprogrammation posturale globale sur le test de Fukuda. Nantes. Mémoire de diplome d’université de parodontologie et d’occluso. 1994.
 
 
Retour Haut de page   
 
 
POSTUROLOGIE.COM
Tout savoir sur cette nouvelle discipline